Home > Modules de formation > Les plantes cultivées en régions chaudes Ressources bibliographiques | Lexique | Contact


Cotonnier (Gossypium hirsutum)

Connaissance des végétaux - Graines et fibres

Chaque graine du cotonnier produit ses propres fibres qui représentent 30 à 40 % de son poids.
Image cotonnier-1703

Le "coton-graine" contenu dans la capsule est constitué de graines recouvertes de leurs poils épidermiques.
Image cotonnier-1585
Les fibres de coton s'allongent sur les ovules dès avant que ceux-ci ne se transforment en graines. Après la fécondation les 3 à 5 carpelles qui, à l'origine, caractérisaient l'ovaire, se développent en valves ou loges du fruit qui chacune contient un certain nombre de graines couvertes de poils ou fibres. Ces graines proviennent des 8 à 12 ovules présents dans chaque carpelle. Il n'y aura que 6 à 9 graines par loge car certains ovules n'auront pas été fécondés. Ces derniers portent également des poils mais cette fois atrophiés : on les nomme "motes". L'abondance de motes déprécie une récolte.
cotoncaps.htm

Image cotonnier-1561
La fibre de coton provient du développement en poil de cellules épidermiques de l'ovule qui se transforme en graine. Chaque poil est donc unicellulaire. La cellule qu'il représente s'allonge sur l'ovule, dès avant l'ouverture de la fleur et peut continuer de s'allonger pendant les 20 jours qui suivent cette ouverture. Certains poils arrêteront très vite de se développer, d'autres moins vite. Les fibres d'une même graine n'auront donc pas toutes la même longueur.
cotonovule.htm
Image cotonnier-ovule
Peignées autour de la graine, les fibres forment un halo de poils de différentes longueurs. Ces fibres de 1 à 1,5 pouce de long (une trentaine de millimètres), appelées soies, forment le "lint" qui s'arrache aisément à maturité. Elles masquent une couverture de poils courts qui forment un duvet plus ou moins coloré et plus difficile à séparer de la graine. Ce duvet est appelé, quant à lui, "linter" ou "fuzz".
Image cotonnier-26887
Le linter ou fuzz est un duvet de fibres courtes que l'on découvre après arrachage du lint, ensemble des fibres longues (on dit "égrenage"). Le linter constitue environ 10 % du poids de l'ensemble de la graine. Il n'existe pas sur certaines variétés dites "nues".
Image cotonnier-1715
Les graines du cotonnier extraites du "coton-fibre" par égrenage, c'est-à-dire arrachage des fibres longues, sont dites soit "vêtues" (par le linter ou fibres courtes), soit nues. Selon les variétés et les conditions de culture, les graines ont de 7 à 12 mm de long, 4 à 6 mm de large et pèsent 70 à 170 mg. Elles sont piriformes et leur sommet est aigu.
Image cotonnier-488
A gauche, graines de cotonnier débarrassées de leurs fibres longues par l'égrenage mais possédant encore leurs fibres courtes. A droite, graines de cotonnier, non seulement égrenées mais également débarrassées de leurs fibres courtes ou nues. On aperçoit bien alors les coques dures, d'un brun noirâtre.
Image cotonnier-26867
Les fibres longues sont le premier produit du cotonnier. Elles ont atteint leur longueur définitive avant l'ouverture de la capsule, dans les vingt jours qui ont suivi l'épanouissement de la fleur. La longueur de la fibre est un caractère variétal important. Elle est d'environ 1,5 pouce en moyenne pour la plupart des variétés cultivées. Elle contribue notamment à qualifier le coton.
Image cotonnier-1714
En cours de maturation, les fibres (vue au microscope électronique) se vrillent sur elles-mêmes. Ce phénomène est lié à la manière dont la cellulose se dépose en couches successives sur la face interne des fibres en cours de croissance, lorsqu'elles sont toutes repliées en accordéon dans le fruit. Autour d'un lumen (partie creuse du poil), les dépôts de cellulose forment les parois secondaires et primaire dont la structure influencée par ces torsions provoquent l'apparition de reversals (changement de direction des fibrilles de cellulose).
cotonfibre.htm

Image cotonnier-515
Les fibres de coton (vue ici au microscope électronique) s'écrasent au cours de leur maturation. Elles restent cependant creuses ce qui leur confèrent des propriétés particulières en thermorégulation. L'épaisseur de la paroi est due à des dépôts concentriques de cellulose, sur la face interne du tube formé par la fibre. Ces dépôts se succèdent pendant toute la croissance du fruit et constituent 94 % du poids de la fibre.
cotonfibres.htm

Image cotonnier-516
La longueur des fibres ou soies (lint) est un caractère variétal et donc héréditaire. Il existe des variétés de cotonniers à longues fibres, à moyennes fibres et à courtes fibres.
Image cotonnier-514
Après la fibre, l'huile est le deuxième produit de la graine du cotonnier. En effet, cette graine contient une "amande" riche en huile et en protéines. Cette amande, comme toutes les parties de la plante sauf la racine, est parsemée de glandes contenant un alcaloïde toxique, le gossypol. Débarrassée du gossypol, l'huile extraite des graines de cotonnier, est comestible et très riche.
Image cotonnier-1782
Dégagée de la coque, l'amande est entourée d'une membrane fragile qui, ici fendue à sa base, laisse apparaître la radicule (1) dépourvue de glandes internes. Les cotylédons (2) enveloppent la proplantule.
Image cotonnier-1773
L'amande débarrassée de la coque qu'elle remplissait complètement est une plantule en miniature complètement repliée sur elle-même. Les cotylédons, la radicule (seul organe dépourvu de glandes internes), la tigelle et la gemmule prennent quasiment toute la place. Le tout, riche en huile, peut, après l'extraction de celle-ci, être utilisé comme tourteaux ou farines alimentaires.
Image cotonnier-1717