Home > Modules de formation > Les plantes cultivées en régions chaudes Ressources bibliographiques | Lexique | Contact


Bananier (Musa spp.)

Les techniques d'exploitation - Multiplication végétative - Drageons et rejets

Le bananier possède une tige souterraine ou rhizome formant des bulbes ; le bulbe principal peut donc se ramifier (drageonner) et produire des bulbes secondaires ; ceux-ci produisent de jeunes bananiers en tout point identique au plant-mère dont ils proviennent.
musabulb.htm
Image bananier-24107

La production de jeunes plants est chose importante quand il s'agit d'établir une plantation. Bien des moyens sont utilisés : bouturage, culture in vitro ou, plus simplement, production en champs de multiplication de rejets à partir de souches cultivées dans ce but.
Image bananier-30676
Le matériel de départ pour la production de rejets peut être de petits rejets, des oeilletons prélevés sur les bulbes et rhizomes ou des bulbes entiers. Ce matériel - ici un bulbe entier toiletté - est entouré de soins phytosanitaires afin de produire une descendance végétative saine.
Image bananier-30637
Le pralinage et l'enrobage des bulbes appelés à produire des rejets comptent parmi les procédés mis en oeuvre. On utilise parfois des mélanges enrobants contenant des substances de croissance qui favoriseront la production de rejets.
Image bananier-30636
Chez le bananier, la phase végétative et la phase fructifère sont en opposition. Durant la phase végétative, le bulbe produit des feuilles, des racines et développe sa tige souterraine et donc des rejets. Dès que la phase fructifère commence, elle "détourne" cette énergie à son profit et l'utilise à faire monter le bourgeon terminal du bulbe dans le faux-tronc constitué de gaines de feuilles imbriquées les unes dans les autres. La production de rejets s'arrête.
Image bananier-26464 (ir-B5007)
Le bourgeon terminal monte dans le faux-tronc qui est constitué de gaines de feuilles imbriquées les unes dans les autres. C'est cette montaison qu'il y a lieu d'éviter lorsque les bananiers sont cultivés pour produire des rejets en champs de multiplication. En effet, la montaison met fin à la phase végétative, productrice de rejets.
Image bananier-26496
Le bourgeon terminal monte dans le faux-tronc qui est constitué de gaines de feuilles imbriquées les unes dans les autres. C'est cette montaison qu'il y a lieu d'éviter lorsque les bananiers sont cultivés pour produire des rejets en champs de multiplication. En effet, la montaison met fin à la phase végétative, productrice de rejets.
Image bananier-14954
L'ébourgeonnement de la souche-mère de rejets peut être réalisé de bien des manières. Il a toujours pour effet une production accrue de rejets parce que l'ébourgeonnement maintient la souche en phase végétative.
Image bananier-30666
Un des moyens utilisés pour forcer le bananier à poursuivre sa phase végétative, et donc à continuer à produire des rejets, est d'éviter de le laisser entrer en phase de floraison. On peut le faire en étêtant la souche-mère. On la recèpe ou on la brise à 50 ou 60 cm du niveau du sol.
Image bananier-26477 (ir-C015)
En champs de multiplication, on recèpe ou on brise le bananier "mère" à 50 ou 60 cm du niveau du sol pour empêcher que l'induction de la phase de floraison ne mette fin à la phase végétative durant laquelle se réalise la production de rejets.
Image bananier-26481 (ir-Cf030)
En champs de multiplication, on recèpe ou on brise le bananier "mère" à 50 ou 60 cm du niveau du sol pour empêcher que l'induction de la phase de floraison ne mette fin à la phase végétative durant laquelle se réalise la production de rejets.
Image bananier-30673
A la base de la souche-mère, on peut pratiquer une entaille qui sectionnera le bourgeon floral au coeur du pied-mère ; le bananier sera ainsi totalement incapable de fleurir et de fructifier ; il gardera un feuillage suffisant pour nourrir le rhizome producteur de rejets. Cette méthode peut en compléter d'autres et peut, par exemple, s'appliquer après qu'ait été brisé le plant-mère.
Image bananier-30675
Bien sûr, l'ébourgeonnement a un effet sur la vitalité de la souche-mère ; le tout est de conserver suffisamment de matière verte pour assurer l'approvisionnement du végétal en sève élaborée par la photosynthèse et cela jusqu'au moment où les rejets prendront le relais.
Image bananier-30669
La production en champs de multiplication de rejets, à partir de souches cultivées dans ce but, peut être obtenue en suivant bien des méthodes : toutes obéissent au principe de l'opposition existant chez le bananier entre phase végétative et phase florifère-fructifère. Si l'on désire beaucoup de rejets et donc de végétation, il s'agit de ne pas laisser le bananier entrer en phase florifère.
Image bananier-30730
L'ébourgeonnement par écrasement du coeur après recépage garantit l'interruption de la montaison en faveur de la végétation et donc de la production de rejets. Après recépage, on introduit un bâton dans le coeur du bananier et on écrase le bourgeon central mis à nu par l'étêtage.
Image bananier-30671
Après recépage et écrasement du bourgeon central mis à nu par l'étêtage, la végétation n'est plus contrecarrée par la montaison et les rejets se multiplient.
Image bananier-2128
L'extraction des rejets au fur et à mesure de leur apparition, lorqu'ils ont atteint 40 à 50 cm de haut, favorise la production de nouveaux rejets.
musabulb.htm
Image bananier-30586